Les actualités

La révision des charges et conditions des legs sous condition

Publié le : 26/02/2018 26 février févr. 02 2018

Lorsque l'exécution de la charge ou condition d'un legs devient difficile ou est impossible, le légataire peut soliciter la révision de celle-ci.

A défaut, il s'expose à ce que les ayants droit du donnant réclament la révocation du legs pour défaut d'exécution.
Selon une jurisprudence constante, la révision des conditions et charges qui grèvent un legs ne peut qu’être administrative ou judiciaire.

En effet, le Conseil d’Etat a considéré, aux termes de son arrêt du 19 février 1990, que « La modification des charges et conditions grevant un bien légué à une commune ou l'aliénation de ce bien ne peuvent avoir lieu que dans les conditions et selon la procédure définies par les art. 900-2 à 900-8, sans que la commune puisse utilement se prévaloir des art. 945, 955 et 1046 C. civ., ni faire état de l'accord éventuel du légataire universel sur la modification des charges et conditions grevant le legs. »

Par conséquent, l’existence d’un simple accord avec les ayants droit ne suffit pas à qualifier la révision.

Lorsque le legs a été fait au profit d'une personne publique, cette révision doit être autorisée par l’autorité administrative compétente en cas d’accord ou judiciairement constatée en cas de désaccord avec les ayants droit.
En effet, selon l’article L.2222-12 du Code général de la propriété des personnes publiques, « Lorsque, par suite d'un changement de circonstances, l'exécution des conditions et charges grevant une donation ou un legs fait à l'Etat dans les conditions fixées aux articles L. 1121-1 et L. 1121-3 devient soit extrêmement difficile, soit sérieusement
dommageable, il peut être procédé à la révision des conditions et charges ou à la restitution de ces libéralités dans les conditions fixées aux articles L. 2222-13 à L. 2222-18. »

Selon l’article L. 2222-13 du Code général de la propriété des personnes publiques, « La révision des conditions et charges grevant les dons et legs est autorisée par l'autorité administrative compétente si l'auteur de la libéralité ou ses ayants droit acceptent les mesures envisagées par cette autorité. Ces mesures sont celles fixées par l'article 900-4 du code civil.

A défaut d'accord entre l'Etat et l'auteur de la libéralité ou ses ayants droit, la révision est autorisée dans les conditions fixées aux articles 900-2 à 900-8 du code civil. »

Cette procédure simplifiée permet aux personnes publiques, en cas d’accord des ayants droit, de se faire autoriser, par leur autorité de tutelle, à modifier ou supprimer les charges et conditions grevant le legs.

L’autorisation par l’autorité de tutelle vaut renonciation à l’action en révocation pour inexécution des charges dans leur définition initiale par les ayants droit qui ont donné leur accord.

Il est donc possible de solliciter la révision administrative des conditions et charges d’un legs réalisé au profit d’une commune, sous réserve de l’accord des ayants droit.

Cela implique par conséquent, que l’ensemble des ayants droit soit identifié.

En effet, un ayant droit qui n’aurait pas été identifié, et qui n’aurait donc pas donné son accord, serait fondé à solliciter l’annulation de la décision administrative de révision et la révocation judiciaire du legs pour défaut d’exécution.

Par conséquent, en l’absence d’accord ou d’identification de l’ensemble des ayants droit et dans l'hypothèse ou le légataire est une personn privée, la procédure de révision doit nécessairement être judiciaire. 

Selon l’article 900-2 du Code civil, « Tout gratifié peut demander que soient révisées en justice les conditions et charges grevant les donations ou legs qu'il a reçus, lorsque, par suite d'un changement de circonstances, l'exécution en est devenue pour lui soit extrêmement difficile, soit sérieusement dommageable. »

Selon l’article 900-5 du Code civil, « La demande n'est recevable que dix années après la mort du disposant ou, en cas de demandes successives, dix années après le jugement qui a ordonné la précédente révision.

La personne gratifiée doit justifier des diligences qu'elle a faites, dans l'intervalle, pour exécuter ses obligations. »
Ainsi, le régime de la révision judiciaire des conditions et charges d’un legs impose que plusieurs conditions soient remplies :
  • Exécution de la charge ou condition est désormais « extrêmement difficile » ou « sérieusement dommageable ».
  • La personne gratifiée doit justifier de l’exécution de ses obligations.
  • Un délai de 10 ans doit s’être écoulé depuis la mort du disposant.
  • Le juge se livrera à une appréciation « in concreto » des circonstances de l’espèce.
Selon l’article 900-4 du Code civil, le Juge « peut autoriser l'aliénation de tout ou partie des biens faisant l'objet de la libéralité en ordonnant que le prix en sera employé à des fins en rapport avec la volonté du disposant. Il prescrit les mesures propres à maintenir, autant qu'il est possible, l'appellation que le disposant avait entendu donner à sa libéralité. »

Le Juge doit donc veiller, autant que faire ce peut, à ce que la volonté du défunt soit respectée.

Il va ainsi fixer de nouvelles conditions au legs qui seront compatibles avec la volonté du défunt et qui ne seront ni extrêmement difficiles à exécuter, ni sérieusement dommageables.

La révision des charges et conditions d'un legs est soumise à des règles procédurales perticulières et peut faire l'objet d'un débat complexe auprès du Magistrat, notamment lorsque la volonté du donnant n'est pas clairement exprimée.
Le Cabinet CHOTARD & ASSOCIES peut vous assister dans le cadre de ces procédures, que vous soyez le légataire sollicitant la révision ou l'ayant-droit demandant la révocation du legs.
Me Nicolas THELOT

Historique

<< < ... 18 19 20 21 22 23 24 > >>
Information sur les cookies
Nous avons recours à des cookies techniques pour assurer le bon fonctionnement du site, nous utilisons également des cookies soumis à votre consentement pour collecter des statistiques de visite.
Cliquez ci-dessous sur « ACCEPTER » pour accepter le dépôt de l'ensemble des cookies ou sur « CONFIGURER » pour choisir quels cookies nécessitant votre consentement seront déposés (cookies statistiques), avant de continuer votre visite du site. Plus d'informations
 
ACCEPTER CONFIGURER REFUSER
Gestion des cookies

Les cookies sont des fichiers textes stockés par votre navigateur et utilisés à des fins statistiques ou pour le fonctionnement de certains modules d'identification par exemple.
Ces fichiers ne sont pas dangereux pour votre périphérique et ne sont pas utilisés pour collecter des données personnelles.
Le présent site utilise des cookies d'identification, d'authentification ou de load-balancing ne nécessitant pas de consentement préalable, et des cookies d'analyse de mesure d'audience nécessitant votre consentement en application des textes régissant la protection des données personnelles.
Vous pouvez configurer la mise en place de ces cookies en utilisant les paramètres ci-dessous.
Nous vous informons qu'en cas de blocage de ces cookies certaines fonctionnalités du site peuvent devenir indisponibles.
Google Analytics est un outil de mesure d'audience.
Les cookies déposés par ce service sont utilisés pour recueillir des statistiques de visites anonymes à fin de mesurer, par exemple, le nombre de visistes et de pages vues.
Ces données permettent notamment de suivre la popularité du site, de détecter d'éventuels problèmes de navigation, d'améliorer son ergonomie et donc l'expérience des utilisateurs.